Cercle

Siège social de l'asbl.

route de La Roche, 25 à 6660 Houffalize

Président

Robert Désert, robertdesert@hotmail.com

Secrètaire

Luc Nollomont, 084/411.344

Segnia au fil des ans...

C'est à l'occasion de la découverte fortuite de quelques tessons romains, en 1955, que Maurice Meunier, amoureux de sa terre natale, autant que d'histoire, pris l'initiative de transformer l'enthousiasme suscité par cette trouvaille, en une entreprise de recherche systématique dans la région. Homme de rencontres et de contacts, il sera bourgmestre d'Houffalize, il su s'entourer des personnes utiles à cette entreprise, autant pour leur passion, que pour leurs compétences.

Le 23 février 1957, le « Cercle d'histoire et d'archéologie, Segnia » est inscrit au Moniteur. Les sept membres fondateurs, Le président Edouard Lemaire, le vice-président, l'abbé E. Doquier décidèrent que le siège de l’association serait établi à Houffalize, au domicile du Secrétaire et Trésorier, M. Maurice Meunier.

Le Cercle institué a pour objet la recherche et l’étude de l’histoire générale de la région, soit les bassins de l’Ourthe et avoisinants, la vulgarisation de cette histoire, la sauvegarde, la protection et la conservation de tous les témoignages historiques de quelque nature qu’ils soient et ce, par tous les moyens appropriés que l’association pourra mettre en œuvre. L’association pourra notamment acquérir et gérer tous immeubles en vue d’assurer sa mission comme accepter tous dons, legs et dépôts.

Le premier grand chantier commence alors à Fin-de-Ville, au nord d'Houffalize, où est mis à jour une villa romaine des IIe et IIIe siècles. Les fouilles s'y poursuivrons jusqu'en 1962, et les comptes-rendus des ces travaux seront publiés dans « Ardenne et Famenne », revue créée par Arsène Geubel, précurseur du renouveau archéologique dans la province. Cette revue accueillera les nombreuses notices, ainsi que les rapports de fouilles de la très actives association Segnia. Citons pour cette époque : le vieux château de Houffalize, la chapelle Sainte-Marguerite d'Ollomont (Nadrin), les tombelles celtiques et la nécropole mérovingienne de Limerlé, le site de Saint-Martin à Tavigny, les tombes romaines de Foy (Noville) et d'autres encore.

Rapidement, l’association s’élargit et de nombreux amateurs d’histoire et d’archéologie de la région rejoignent ses rangs. Segnia reçoit l’appui et le soutient d’associations ayant les mêmes buts. Des recherches s’effectuent pour rassembler de la documentation publiée ; c’est le début de la création d’une bibliothèque spécialisée en histoire et archéologie, accessible à tous les membres. Avec l’expérience acquise sur ces divers chantiers, le Cercle se fait connaître à un plus large public. Des camps d’été sont organisés au profit des étudiants en archéologie de l’Université catholique de Louvain, dirigés par le professeur Joseph Mertens. Des travaux de fouilles sont également entrepris avec l’aide du Service des Fouilles de l’État et plus tard par le Service National des Fouilles.

En 1985, une importante exposition est organisée pour commémorer le 750e anniversaire de la fondation du prieuré du Val-des-Écoliers à Houffalize, qui draine un nombreux public. Un catalogue richement illustré, fruit de la collaboration d’archéologues professionnels et d’historiens, est édité à cette occasion. Le thème retenu en était l’art, l’histoire et l’archéologie au Pays de Houffalize.

Depuis une dizaine d’années, le Cercle Segnia éditait déjà un petit bulletin de liaison distribué parmi les membres de l’association. Depuis le premier numéro de 1974, les recherches ont évolué. Suite à la reprise des travaux de fouilles sur le site du Cheslé par le Service des Fouilles de la Région Wallonne, ensuite par l’Université Libre de Bruxelles, le nom de Segnia se fait connaître plus largement dans les milieux de l’archéologie et parmi les amateurs d’histoire locale. Une publication illustre les recherches sur les chemins anciens en rapport avec ce site. Un nombreux public est également intéressé par les événements de l’Offensive d’Ardenne en décembre 1944-janvier 1945 et de nombreux articles sont consacrés à ces pénibles souvenirs. D’autres événements ont fourni l’occasion de publier des Bulletins spécifiquement dédiés à ces commémorations : un recueil sur les ducs de Bourgogne dont un bâtard fut comte de La Roche, une publication sur les événements de l’offensive vécus par les habitants de Sterpigny, un Mémorial dédié au premier secrétaire de Segnia, un autre dédié à un président à l’occasion de son 80e anniversaire, une publication informant sur les ancêtres houffalois du peintre Paul Delvaux, l’histoire d’une famille et ses liens avec Marche-en-Famenne, La Roche et Vielsalm, une étude généalogique présentant l’ascendance carolingienne des comtes de La Roche, des comtes de Salm et des seigneurs de Houffalize,…

Après la parution du décret réglementant les fouilles en Wallonie et suite aux difficultés éprouvées dans le recrutement de bénévoles pour les travaux sur les sites, le Cercle Segnia s’est plutôt concentré sur l’assistance ponctuelle fournie dans son aire de prospection aux professionnels de l’archéologie. D’autre part, les travaux des membres se sont concentrés sur les recherches historiques afin de poursuivre la publication du Bulletin et d’informer les chercheurs. De nombreuses demandes d’informations son de fait adressées chaque année au secrétariat du Cercle.

Désirant améliorer la présentation de son Bulletin trimestriel, le Cercle Segnia passe à l’impression et attire de nouveaux membres et collaborateurs. Les articles contenus dans ces pages concernent maintenant une zone géographique étendue aux communes de La Roche et de Gouvy : des recherches en archives ont amené plusieurs collaborateurs à nous remettre leurs travaux historiques, numismatiques et généalogiques pour illustrer la vie dans la région au cours des siècles.

Les membres du Cercle participent également à des colloques d’histoire, à des rencontres entre associations semblables et sont disponibles pour des visites guidées sur les sites historiques de la région, souvent à la demande d’associations diverses ou d’hôteliers intervenant pour leur clientèle. Les ruines du château des Moudreux et celles de la villa gallo-romaine de Nadrin sont devenues la propriété du Cercle et, après quelques réaménagements, sont accessibles au public. Chaque année, elles attirent un nombre croissant de visiteurs et de curieux.

Afin de préserver ses collections archéologiques dans les meilleures conditions possibles, le Cercle Segnia les a remises à la direction provinciale luxembourgeoise du Service des Fouilles à Arlon, où elles pourront à l’avenir être exposées au public. Pour les mêmes raisons, les pièces protohistoriques sont quant à elles déposées au Musée des Celtes à Libramont. Quant aux livres de la bibliothèque de Segnia, ils sont destinés à être accessibles à un plus large public grâce à la collaboration avec la bibliothèque de Houffalize.

Pour ses publications et sa participation à la vie culturelle dans la région, le Cercle Segnia est soutenu par les communes de Houffalize et de La Roche et par la Communauté Wallonie-Bruxelles.

De gauche à droite: Maurice Meunier, André Contet, Victor Alié et Joseph Mertens de la K.U.Leuven.